dimanche 3 avril 2011

Gratuit







* les "études quasi-gratuites", c'est dans l'article "Que sont nos médecins devenus" du Pr Camilleri sur le Monde.fr
** les "études payées par la collectivité" c'est Mme Aubry pour présenter le programme 2012 du PS. (merci d'avance de ne pas faire tourner les commentaires au pugilat politique droite / gauche, si je cite cette source c'est parce que l'article est paru au moment où je dessinais mon post. Pas de volonté "pour ou contre le PS" de ma part.)

Nous ne sommes pas à plaindre. Nous faisons un métier où nous gagnons bien notre vie, et nous ne connaissons pas de difficultés d'emploi.
Je voudrais simplement qu'on arrête de dire des choses fausses pour justifier les mesures coercitives d'installation des jeunes médecins.

1) nos études ne sont pas plus gratuites que celles des autres facs
2) nous travaillons pour l'hôpital public pendant nos études. Un peu comme des apprentis, mais sous-payés.
3) Il est faux de dire que nos études sont gratuites ou payées par la collectivité dans la mesure où nous ne pourrions pas les mener à bien sans notre famille, ou parfois notre conjoint. Les études de médecine sont des études chères, mais pas pour la collectivité....
4) ceux qui utilisent cet argument n'ont visiblement aucune idée de ce que sont les études de médecine...

Dans le contexte actuel de recherche de solutions aux problèmes de démographie médicale, on entend tout et n'importe quoi comme arguments simplistes, pour expliquer pourquoi il faut appliquer des mesures coercitives sur les jeunes médecins. Cette histoire de gratuité d'études en fait partie.
Je me suis associée à un groupe de jeunes médecins généralistes pour signer un texte exposant notre façon de voir les choses.
Nous voulons bosser. Nous voulons nous impliquer.
Vous pouvez lire notre texte ici.

EDIT 5/04/2011

Suite aux commentaires de Maud et de Anonyme, j’ai fait quelques recherches. Vous trouverez ici les chiffres du Ministère de l’Education Nationale sur ce que coûtent exactement par an un élève, de la primaire à l’enseignement supérieur. En 2005 pour un élève de fac c’était 7990€/an (les étudiants en médecine sont dans ce cas). En 2008 pour un étudiant de classe prépa c’était 14510€/an, pour un lycéen environ 10000€/an.

Deux remarques.

On coûte moins cher qu’un lycéen. Reproche-t-on à TOUT LE MONDE de ne pas travailler en zone rurale sous prétexte qu’ils sont allés au lycée gratuitement ?

Le financement des études dans le secteur public est comme le dit Borée un choix politique de notre pays. Si on veut utiliser l’argument de ce financement pour justifier des mesures coercitives sur les médecins libéraux, alors il faut soit privatiser l’enseignement de la médecine, soit fonctionnariser l’ensemble de la profession médicale…

29 commentaires:

  1. Je plussoie, étant une touche à tout j'ai choisi mes études selon le critère suivant : avoir assez de temps libre pour avoir un travail. Mes parents peuvent pas aider bien qu'ils aimeraient bien.
    Et la première option que j'ai lors rayé de la liste fut "médecine" :D
    Vu que j'avais une dizaine d'autres options c'est pas trop grave.
    Et ça empêche pas d'avoir l'étrange hobbie d'apprendre des noms bizarre venus d'un cours d'anatomie juste pour le plaisir parce que c'est rigolo à prononcer…
    … et les oublier au bout d'une semaine…

    Nan sérieux comment vous faites ? :D

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, c'est exactement ça. Je pense qua ma mère aurait eu la même réaction ^^.
    Et pour en rajouter une couche, les externes qui sont en effet sous payés pour un travail INDISPENSABLE dans les CHU font par exemple des nuits de garde où ils sont payés 20 euros (une garde c'est 18h-8H en général). Les internes, parlons en, sont payés au SMIC pendant leur première année mais ont des responsabilités colossales et sont seuls la nuit pour gérer l'hopital. Nos études ne sont en effet pas gratuites et je remercie le bon dieu de m'avoir donné des parents qui puissent me payer mon rêve.
    Encore bravo.

    RépondreSupprimer
  3. Je me suis permise de faire passer le message sur mon blog, parce que, même en étant "seulement" étudiante en pharmacie, je me sens concernée, et je trouve votre réaction justifiée.

    Bravo en tout cas.

    RépondreSupprimer
  4. J'ajoute mon commentaire, approuvant ce qui est dit et dessiné plus haut, en tant qu'interne de médecine (générale).
    C'est sûr que mes parents auraient réagi pareil, ainsi que mon mari, qui a entièrement financé mes 5ème et 6ème année, ainsi que mes conf (et c'est la période où il faut en acheter des livres! Et il faut pas croire qu'on achète des livres par plaisir de remplir sa bibliothèque: c'était INDISPENSABLE, plutôt que de guetter le retour du livre qu'on voulait depuis 3 semaines à la BU...). D'ailleurs mon mari me disait souvent que mes étagères valaient de l'or! Et, pour ceux qui ne le savent pas, il est IMPOSSIBLE de bosser à côté en 5 ème et 6ème année pour "se faire des sous", en raison du bachotage imposé par l'examen national classant en fin de 6ème année (le fameux "concours"!!).

    Bref, tout ça pour dire que je suis très triste de voir qu'il y a des gens qui pensent encore que les médecins sont des nantis profiteurs avec une grosse voiture et une villa sur la Côte... Ces médecins (car il en existe qd même, il faut pas se voiler la face) vont tendre à disparaitre, tant la démographie médicale va être catastrophique sur les 20 prochaines années, généralistes et spécialistes... DANS TOUTES LES REGIONS DE FRANCE, même les zones actuellement "normo-dôtées" en médecins.

    Enfin je dis ça, je dis rien...

    celine_r83

    RépondreSupprimer
  5. Pour commencer, je voudrais dire que j'aime beaucoup ce blog que je suis avec assiduite depuis un moment.
    Je suis entierement d'accord avec vous pour dire que vos etudes ne sont pas gratuites. Par contre, elles sont tres vraisemblablement subventionnees par la collectivite. Je peux me tromper mais je pense que ce que vous payez comme frais d'inscription est mineur par rapport au cout reel.
    Je suis veto et quand un prof nous avait dit combien on coutait a la collectivite, je n'en revenait pas. Et pourtant on payait des frais de scolarite lojn d'etre negigeables et on bossait des la 3eme annee d'ecole a l'hopital veterinaire sans etre paye un centime! Certes les etudes veto coutent certainement plus cher (structure hospitaliere pas financee par la secu, achat d'animaux pour les TP d'anat, sorties diverses et variees a labattoir, en elevage...) mais malgre tout je pense que vous seriez surprise si vous saviez combien vos etudes ont reellement coute!
    Bonne continuation.
    Maud

    RépondreSupprimer
  6. Bien vu ma petite Gélule !
    Pour ce qui me concerne, de la P2 à la D4 j'ai bossé comme infirmier à côté. Au total, j'ai l'équivalent de 18 mois temps plein (à l'époque, il n'y avait pas encore l'ECN et, voulant être généraliste, j'ai pu me dispense du bachotage aussi intense que débile).
    Et puis je vendais mon corps... pour des essais thérapeutiques.

    @Maud
    C'est le cas de toutes les filières. Le choix français est d'avoir des études quasi "gratuites" que, d'une certaine manière, on rembourse ultérieurement via nos impôts.
    Les étudiants américains ou australiens commencent leur vie active avec des emprunts de plusieurs dizaines de milliers de dollars qu'ils vont devoir ensuite rembourser à leur banque. A condition d'en avoir trouvé une qui accepte de leur faire le prêt.
    C'est un choix de société.

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement, comme dit Maud et le commentateur précédent, les études de médecine (comme d'autres filières d'ailleurs) sont payées par la collectivité (entre 20 000 et 25 000 euros par étudiant et par an).

    Les études de médecine sont effectivement "quasi-gratuites". L'essentiel des frais que tu mentionnes sont ceux des besoins essentiels (un toît, se nourrir etc.) dans lesquels les frais directement liés aux études (livres, matériel...) ne sont pas majoritaires dans le budget. Peut-être veux-tu plutôt dire que les étudiants en médecine ne sont pas payés pour étudier ?

    RépondreSupprimer
  8. bien vu gélule
    une fois de plus je vous mets en lien sur cette histoire de gratuité des études qui me donne des envies de mordre.
    12 ans financés par mes parents puis mon épouse
    7 ans pendant lesquels j'étais quasi un poids mort où "je ne rapportais rien "

    RépondreSupprimer
  9. bonjour,
    c'est amusant comme les raisonnements de certains sont toujours aussi absurdes. Toutes les études en France ont une part de gratuité.Depuis le CP jusqu'en faculté. y compris pour Maud qui a fait des études supérieurs après avoir eu un bac scientifique. Doit elle quelque chose a la société a part des impôts? Non, nos amis qui parfois glandent en socio ou LEA ou Archi ou bien histoire, doivent ils quelque chose? non, Sauf s'ils sont fonctionnaires ensuite.
    Sommes nous fonctionnaires? non, Sommes nous libéraux , oui. Mais alors que se passe t-il? on fait d'abord de études pendant lesquelles on est payé, moins bien sur que le "professeur" qui redit la même messe tous les ans. pendant cet internat ou résidanat , voila , qu'on est salarié quand il faut être réquisitionné et hop on redevient étudiant , des qu'on parle des avantages des salariés du même hôpital, pas de CE, les cotisations retraites de nos années d'externat ne sont pas prises en comptes etc..alors on est quoi? et maintenant que nous sommes libéraux avec les contraintes (oui , il y en a, je l'avoue) que cela génère , hop on nous assimile fonctionnaires, déplaçable a merci.
    Et bien non merci. Salariez moi et on verra. le système français est absurde. On veut tout, pour rien. Et , non je ne ferai pas de politique, nos hommes politiques , quels qu'ils soient (au passage bon nombre ont profité de l'ENA, sans pour autant se sentir responsable des erreurs de leurs prédécesseurs) , sous prétexte que les élections approchent trouvent normal de cristalliser la colère des gens sur un petit nombre. Moi , je ne me sens pas responsable de la désertification des campagnes. En vérité , j'en ai rien a faire. j'y ai travaillé, à l'inverse de bien des gens qui me jugeront, je sais comment cela se passe et hop basta. si les zones a pourvoir étaient si attrayantes, elles seraient pourvu. Quand il y a un travail pénible, ou chiant a faire , genre neutraliser un puits de pétrole, on fait venir Red Adair, on ne paie , très cher et il fait le boulot. si y a besoin de médecin a la campagne on les paie vraiment plus, et pas une petite revalorisation sur 3 ans , a prendre chez Cetelem, et il y en aura.
    je le disais sur le post précédent, j'ai largement payé ma dette pendant mes études. mon épouse , IDE , y a contribué. pendant ce temps, elle , a été en CDD pendant 5 ans au CHU, 5 ans. virée le vendredi et réembauché le mardi , tous les mois. Qui parmi vous ferait la même chose avec son employée sans avoir les prudhommes au fesses? ou l'urssaf ou que sais encore. Pareil , elle a contribué a payé ma dette, et la sienne.
    quant à l'armée, quand j'ai compris qu'on allait m'employer à rien foutre , pareil , hop, désertion et j'en rempilé au CHU en FFI "faisant fonction d'interne" , encore un statut bâtard, pour justifier , un emploi bâtard ou on travaille plus que le DRH qui nous embauche pour 6 fois moins.
    donc pour la dette et la gratuité , je rigole , encore et encore.
    quant aux médecins généralistes , comme moi, s'ils ne sont pas contents, qu'il se syndiquent.
    d'ici le mois de juin il risque d'y avoir des surprises. ce sont des gens minoritaires qui nous défendent. on ne pourra pas pleurer apres

    RépondreSupprimer
  10. A tous merci pour vos commentaires et vos encouragements !

    Plus particulièrement :

    Biaise : euh… on bachote ? beaucoup beaucoup beaucoup ?

    Mr X : ahahahah les gardes d’externe, encore une vaste blague…. Quand j’étais en pédiatrie, on était payés 24€les 26 heures de garde (oui, moins d’1€ de l’heure). J’ai dit aux affaires médicales du CHU que je préfèrerais encore ne pas toucher de salaire tellement c’était se moquer du monde, on m’a répondu « oui mais bon vous faites rien, vous, les externes ».

    Flotte : comment ça « seulement » ? tss tss ! en tout cas merci pour le lien :)

    Celine : merci !

    Maud : contente de voir passer une véto, j’aime bien vos blogs ! et sinon ton commentaire m’a fait plonger le nez dans les chiffres, j’ai rajouté un Edit exprès à mon laïus.

    Borée : merci pour ton témoignage ! (et j’ai envie de rajouter « grand fou, va ! » pour la vente de ton corps).

    Anonyme : l’edit est également en réponse à ton commentaire. Si on coûtait vraiment 20000€ / an à la société, alors on pourrait au moins avoir des micros qui fonctionnent ;) Sans rire. C’est 7000€/an/étudiant en fac. Tu trouveras la source au-dessus.
    Sinon, c'était le but de ma note que tu n'as peut-être pas comprise : allez dire à nos familles, nos parents, nos conjoints que nos 6 ans d'études étaient gratuits... et vous allez voir les réactions... notre enseignement de fac est peut-être payé par l'Etat, mais nos études font que l'on est plus ou moins dépendant financièrement tout du long ou presque. Ce n'est pas gratuit, tout ça.

    Zigmund : merci pour le lien!

    Le paludier : tout le problème est là. Le prix de nos études n’a rien à voir. Le problème c’est qu’on veut appliquer à des libéraux les mesures coercitives qui concernent des fonctionnaires salariés. Salariez-nous et obligez-nous tant que vous voulez, mais alors il nous faudra les mêmes avantages que tout salarié, hein… 35h, RTT, salaire échelonné, indemnisations maladie / parentalité etc etc… et on va rire.

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour les recherches. Ca m'a motivee pour rechercher combien les etudiants veto coutent reellement et a priori ce ne serait "qu'" entre 15000 et 16000 €/élève/an soit seulement 50% de plus qu'un lyceen.(http://ceveenvt.unblog.fr/2010/02/12/un-etudiant-veto-combien-ca-coute/)
    Je suis entierement d'accord avec toi au sujet du fonctionnariat. Si vous arrivez a obtenir le meme statut que les generalistes anglais (ouverts uniquement de 9h a 17h pour la plupart et n'assurant pas les gardes) et etant tres bien payes, vous aurez tout gagne!
    Bon courage.
    Maud

    RépondreSupprimer
  12. faut pas charrier non plus, ce que vous racontez [avoir un boulot alimentaire à côté] est certes vrai mais c'est la même chose de toutes les études où l'on se plonge à 100% !

    RépondreSupprimer
  13. a l'anonyme de 21 h 40
    on charrie pas , on dit juste que c'est pas gratuit.
    mais comme tu dis si bien, a ce moment la , tous les étudiants, qui se plongent alors a 100% dans leur études sont redevables envers la nation?
    genre les chômeurs qui refusent un poste qui ne leur correspond pas (comme un médecin qui n'aimerait pas la campagne, par ex...) ou bien nos professeurs remplaçants qui ont le droit de rester dans leur académie quand il manque des profs dans l'académie voisine etc...
    c'est juste qu'on est libéral, juste qu'on n'est pas salarié, juste que si on n'a pas une augmentation tous les mois de juillet, si on n'a pas de RTT, si on n'a pas de CE ,si on est malade , si on n'a pas de CDI, si on n'a pas nos jours d'enfant malade, si on n'a pas de retraite garantie, bref plein de choses comme ça, qui font entre autre la différence entre fonctionnaire et libéral , et bien on ferme notre gueule. Comme le pâtissier , comme le libraire comme un garagiste comme plein de gens à leur compte, qui en ont rien à foutre des errances des gouvernements. enfin si ils en ont à foutre , parce qu'il repassent à la caisse, quand cela ne va plus.
    De toute façon, si le libéral c'était si bien, on s'y précipiterait.
    on ne pourra pas les forcer, ils arrêteront. penser le contraire c'est mal connaitre ces gens. Et mal connaitre son voisin, en France , c'est la base. comme décider a Paris de ce qui se fait en province. C'est la base.

    RépondreSupprimer
  14. d'accord avec le paludier
    on pourrait comparer aux études de droit (avec la différence qu'il est pt être plus facile de financer par job extérieur)personne ne pense à obliger les avocats à s'installer en campagne pourtant leurs études sont aussi "gratuites" que les nôtres et plus courtes.

    RépondreSupprimer
  15. et la retraite à 67 ans!!!!
    toubibedeschamps

    RépondreSupprimer
  16. Salut Gélule,

    D'abord un mot pour dire que j'aime beaucoup ton blog d'une part et que je suis moi même médecin généraliste (jeune remplaçant de 30 ans) d'autre part...
    En général quand on commence comme ça, c'est rarement très bon... ;)

    Mais c'est une évidence que nos études sont payées par la communauté. Comme les autres étudiants, pas plus pas moins. Sauf que contrairement aux autres étudiants de fac, nous on est sûrs de sortir de là avec un job, et plutôt pas mal payé (c'est un euphémisme).
    J'ai des amis qui ont un doctorat d'histoire et et dont le boulot actuel consiste à vendre des forfaits TV par téléphone.
    Des amis ingénieurs qui ont passé un concours tout aussi sélectif, et qui font des stages NON rémunérés à répétition après 5 à 6 ans d'études.
    Enfin que je lis qu'on est payés au SMIC en étant interne... Le SMIC c'est 1000 euros les amis, combien d'internes touchent 1000 euros par mois?
    Vous allez me dire, "oui mais si on rapporte au nombre d'heures"... C'est un non sens de penser comme ça. Ou alors on paie les profs qui préparent leurs cours à la maison, etc.

    Je suis bien entendu contre les mesures coercitives. Surtout parce que le problème sanitaire est à mon sens un problème d'aménagement du territoire. Mais faire pleurer sur les médecins à mon avis, dans la crise actuelle, ça risque pas d'être une défense très efficace vis à vis du grand public.

    RépondreSupprimer
  17. Et puis ça rend un peu triste de lire vos clichés sur les profs/fonctionnaires/étudiants en socio-histoire-ou-LEA tandis que vous vous plaignez des clichés sur les médecins qui ont une villa sur la côte.

    RépondreSupprimer
  18. Si je ne trompe pas, si la sécu n'existait pas, les revenus des médecins libéraux seraient nettement plus bas... Et si la secu n'existait pas et bien les médecins auraient moins de patients ... Alors le libéralisme oui mais pas trop si je comprends bien. La MG a des contraintes mais que des solutions soient recherchées pour que la santé soit aussi possible à la campagne, cela ne choque pas tant que cela.

    Pour info les familles qui ont des enfants qui font des études autres que médecine doivent aussi payer le logement, les livres et parfois pendant des années

    RépondreSupprimer
  19. Une garde d'interne, bac +6 , 12 H de nuit ambiance Kaboul : 50 euros . Que Martine ne vienne pas me la péter .

    1300 euros net , pour 50 H par semaine. Que Martine ne vienne pas me la péter.

    Enfin 23 euros la CS, mon plombier est MDR quand il me facture 50 euros le déplacement. Je vais la péter, Martine.

    RépondreSupprimer
  20. C'est encore nos élites qui pensent que moins de médecins, ca fait moins de dépenses de Sécu ?

    Non ca fait juste plus d'attente et des gens au bout du rouleau.
    Au fait , si l'Etat payait sa dette à la Sécu , elle serait en excédent c'est bien ça?

    RépondreSupprimer
  21. Ce qui est "économique" dans les études de médecine c'est l'inscription à la fac, à comparer aux écoles de commerce ou à des études d'ingénieurs avec prépa intégrée (je sais de quoi je parle j'ai laché 50.000 euros en 5 ans pour le fiston).

    RépondreSupprimer
  22. @Anonyme du 12 avril 20h25

    Vous voulez dire que si la sécu n'existait pas, les gens seraient malades moins souvent ? ça serait formidable.
    Alors peut être que les patients ne viendraient plus emmerder les médecins avec de la bobologie, mais pas de sécu = honoraires libres et le différentiel serait vite comblé.

    RépondreSupprimer
  23. Ainsi si je comprend bien, le fait que la Sécu' existe serait un "rendement de fin de mois" pour le médecin ? Mais comment cela, le fait que la consultation soit remboursable pousserai les gens à consulter ?
    Mais si cette théorie est juste, qui paye le médecin ? Le patient ou la sécu ?
    Je pensais que la sécu remboursait le patient, et non pas payait le médecin (et cela autant pour les tiers payant, le bénéficiaire est le patient).

    Le rapport au nombre d'heures est utopique ? Là aussi je ne comprend pas, si le rendement est si peu important, pourquoi diantre certaines filières se battent pour les 35H ? Ne pourrait on pas travailler + pour gagner moins ? Il me semble que ce serait la solution pour notre nation. Et quand on voit marquer sur notre drapeau "fraternité", je suis outré de lire des gens qui ne souhaitent pas se sacrifier pour son voisin.

    Et l'ultime mauvaise foi pour la route : "et si vous n'êtes pas content, vous n'aviez cas ne pas choisir ce métier aux vertus sociales. Un médecin qui voit sa profession comme un métier et non comme une service inalterable et corvéable pour la communauté, n'a pas lieu d'être".

    Ainsi donc, ce serait cela la vision génerale ?

    RépondreSupprimer
  24. Encore un article que j'approuve entièrement =)

    Il faut savoir qu'il y a des étudiants (je pense à certaines écoles d'ingénieurs et aux étudiants de l'ENS) qui sont rémunérés 1 100€/mois pour étudier et qui en contre partie doivent 10 ans à l'état. Moi mes études durent 10 ans. Et j'en passe 7 à l'hôpital rémunérée une misère pour travailler (pas seulement pour étudier, ça s'approche de plus d'un stage en alternance).

    Je suis externe, payée moins d'1 euros de l'heure pour mes gardes de 24h, et entre 1 et 2 euros de l'heure en stage ... Ah mais oui j'apprends donc c'est normal. C'est vrai, j'apprend beaucoup :

    - BEP secrétariat = faire des photocopies, passer des coups de téléphone dans 10 endroits différents pour récupérer des dossiers et compte-rendus, à taper des compte-rendus, prise de RDV pour les patients, et à ranger les examens complémentaires des patients vus par autrui en consultation
    - BEP brancardière : "Mme. Bidule est attendue au scanner, ça serait bête qu'elle loupe son RDV, tu ne peux pas l'emmener ?" ...
    - BEP garçon de course : descendre les biopsies en urgence en anapth, rapporter les dossiers oubliés en radio et en consultation, ...
    - BEP, technologies médicales : "il nous faudrait un ECG pour toutes les entrantes, et puis tu peux aller poser la tocométrie de Mme. Truc en réa ?"
    - BEP femme à tout faire : remplissage d'agrafeuse, affichage de radio sur le négatoscope, fax de demande d'examen complémentaire, appel de labo / service informatique parce qu'on a toujours pas les résultats de Mme. X alors que c'est la visite ...
    - BEP aide-soignante : apporter un bassin, mettre mamie au fauteuil après l'avoir examiner / la recoucher, etc.
    - BEP infirmière de bloc : instrumenter au bloc parce qu'on préfère payer une seule IBODE plutôt que 2

    - et il y a la part médecine : quand je suture aux urgences, quand je tiens des écarteurs / valves sus-pubiennes au bloc pendant des heures, que je pique des gaz du sang, je remplis des demandes de convalescence, etc ... en 1 semaine, je vous assure, on l'apprend très très bien, après ça s'appelle travailler. Et ce travail que je fournis, c'est un emploi qu'on ne crée pas dans les hôpitaux, et qui serait bien plus coûteux que ma petite paie d'immigré clandestin. C'est donc des économies de budget qui à mon avis dépasse largement ce que coute nos études.


    Soyons honnête, l'hôpital public tourne en grande partie à cause de ses stagiaires : externes, mais aussi élèves infirmières, sage-femme, aide-soignants ... Ca se voit quand toute une partie de ces étudiants et en vacances ou examens.

    Pareil : les internes. En 1ère année, ça doit toucher 1 200 euros. Mais ça bosse pas au 35h ! J'en ai vu faire régulièrement du 8h30 - 19h30. Plus les astreintes non rémunérés le samedi et le dimanche (jusqu'à un WE sur 2 chaque mois). Et les gardes où ils n'ont pas toujours leur repos de garde.
    Ca doit facilement avoisiner/dépasser les 50h par semaine.


    Donc j'aimerais qu'on arrête de me dire que mes études sont gratuites. On passe notre temps à les payer en nature ...

    RépondreSupprimer
  25. Et le must, que j'oubliais, c'est qu'on paie pour venir bosser : le stéthoscope, le marteau à réflexe, le carnet pour gribouiller les missions, le 4 couleurs pour remplir les pancartes en réa, les crocs pour le bloc (ou les converses que tu as flingué avec le sang de Mme.Truc), la caution de 30€ débitée pour le prêt d'une blouse, le titre de transport (dont la moitié est remboursée par l'APHP quand tu es agent vacances l'été en P2, mais pas quand tu es externe), ...

    Et dans peu de temps, les règles à ECG, les règles de grossesse, les petits stylo-lampes pour rechercher la candidose au fond de la gorge des immuno-déprimés ... bah oui, les labos n'ont plus le droit de donner ce genre de cadeaux publicitaires.

    RépondreSupprimer
  26. SMIC: brut 1368 euros
    salaire d'interne 1er et 2eme semestre: 1369 euros brut...
    pas besoin de rapporter au nombre d'heures de boulot, c'est pas plus que le SMIC!

    RépondreSupprimer
  27. 1369 ce n'est pas plus que 1368 ?
    Et moi qui croyais qu'en études de médecine la sélection s'effectuait sur les maths !

    RépondreSupprimer
  28. Le coût des études s'impose-t-il si cruellement à tout le monde?
    Je ne crois pas.
    Les conditions socio-économiques résolvent définitivement le problème pour la plupart des gens.
    Toutes les graines n'ont pas la chance de germer dans un bon terreau.

    "45 % des futurs médecins sont des enfants de cadres supérieurs, 17 % de professions intermédiaires, 15 % d’artisans commerçants, 11 % d’employés, 8 % d’employés et 4 % d’agriculteurs, proportions bien éloignées de celles de ces catégories socioprofessionnelles dans la population générale." [étude de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du Ministère de la santé)].

    Je ne jette la pierre ni aux médecins, ni aux futurs médecins ni à quiconque.
    J'ai cependant une pensée pour les éboueurs qui courent derrière la benne à ordures, les égoutiers... tous ces professionnels qui occupent - pendant combien d'années? - des emplois particulièrement pénibles et insalubres mais indispensables à la salubrité de notre environnement.

    Je me réjouis d'avoir pu faire des études.

    RépondreSupprimer
  29. De mon expérience d'étudiante, à part les BTS / DUT, on se fera toujours critiqué parce qu'on coûte cher, ne fait rien et que nos études sont payées par la société.

    C'est assez lamentable, le pire c'est quand on vient te dire que c'est bien fait pour ta gueule si t'es au chômage (parce que t'as fait des études, espèce de déchet de la société) ou que "les étudiants ne savent rien faire de toute façon".

    je ne parle même pas du cas des futurs chercheurs "inutiles, on veut des trouveurs lolilol".

    Jalousie ?

    RépondreSupprimer